Choisir une bonne structure

Avoir un site c’est bien, avoir du monde qui le visite c’est mieux. C’est comme d’avoir une boutique au centre-ville sans que personne ne le sache.

C’est tout le principe du référencement naturel ou SEO. Même quand on n’est pas un expert en référencement, il y a des bases à mettre en place quand l’on créer son site.

C’est ce que nous allons voir dans cet article. Il y a pour cela 4 étapes principales :

  • La sémantique
  • Le contenu
  • La technique
  • Le netlinking (lien)

La sémantique

Nous allons parler ici de mots-clés, en effet si vous avez un site nommer « ma cuisine bio » Il va falloir se positionner et partir généralement d’un mot-clé principal puis élargir le contenu de votre site avec son champs lexical.

Mais comment souhaitez-vous vous positionner ? Plutôt sur le mot « cuisine », « recettes », « bio » ? Assurez-vous que votre mot clé suscite réellement un intérêt pour l’internaute, pour cela vous pouvez suivre les tendances des recherches des internautes via l’outil gratuit de Google : Google trends

Si vous faite un article sur une recette de quiche lorraine, vous pourrez indiquer comme titre (balise title) de page « Quiche lorraine bio » puis des mots clé des « longue traîne » qui permettent de définir la page avec des mots clé secondaire dans le cas d’une recherche ciblé.

Votre mot clé devra figurer dans votre titre de page (H1) et dans la balise « title »

Dans ce cas ce sera

« Quiche lorraine bio, recette aux œufs lardons et crème fraîche |macuisinebio.com, pour une vie plus saine »

 

Pour chaque balise « title », « alt » mettre le nom de votre site à la fin.

Assurez-vous de n’avoir qu’un seul thème par page ou par article. Celles-ci ne sont pas très appréciées par Google et peuvent susciter moins d’intérêt pour le moteur de recherche

Le contenu

Une fois que les mots clés ont été définis, vous pouvez développer votre contenu autour du champ lexical de celui-ci (pour chaque page ou article). Il n’y a aucune règle définie par Google, mais juste des études et des résultats de plusieurs tests depuis que Google existe. Il est conseillé de rédiger chaque page ou article avec une base de 300 mots minimum, n’hésitez pas à aller au-dessus et utiliser des synonymes de vos mots clés pour bien optimiser votre contenu.

Pour vous permettre d’optimiser votre contenu efficacement sur wordpress vous pouvez installer le plugin Yoast.

N’hésitez pas également à mettre en avant des mots pertinents en gras, italique dans votre contenu, google en tiendra compte.

Utilisez également les balises de structure Hn (H1,H2, etc..) c’est ce qui permet a Google de d’optimiser la lecture de votre site lorsque ses robots scannent votre site pour l’indexer, un site bien structuré sera mieux positionné.

La technique

Robot.txt

L’une des premières chose que Google fera en venant scanner votre site c’est de vérifier la présence du fichier robot.txt. C’est un petit fichier à mettre à la racine de votre site pour indiquer aux différents moteurs ce qu’ils peuvent indexer ou non (comme les mentions légales, les pages administrateurs, etc..).

Le code

Un code optimisé augmente la vitesse de chargement de vos pages et offre un accès plus rapide à vos visiteurs, et c’est ce que Google souhaite. Pour optimiser votre code, notamment les fichiers de style (CSS) ou JavaScript, vous pouvez les minifier. Cela veut dire que nous allons retirer les sauts de ligne et les espaces pour une lecture du fichier plus rapide.

 

Il existe beaucoup outils en ligne qui permettent de minifier vos fichiers comme CSSminifier ou encore Minifier. Vous pouvez aussi utiliser des extensions de cache WordPress qui sont relativement complète, ils permettent une minification du css, javascript, html et plus si affinité.

Le cache est un dossier qui permet de stocker vos pages visitées au niveau du serveur ou de votre navigateur afin de les charger plus rapidement lors d’une prochaine visite sur celle-ci et ainsi réduire la consommation de bande passante.

Voici quelques bons plugins de cache disponible sur WordPress :

N’hésitez pas à en tester plusieurs, mais à n’en garder qu’un seul au final. Vous pourrez par la suite tester la vitesse de votre site sur GT metrix ou encore Google PageSpeed  qui vous donnera un score sur 100.

Le netlinking

Oulala mais c’est quoi ça !! C’est sûr comme ça sa à l’air compliqué mais c’est juste logique vous allez voir.

En gros c’est un système de liens de confiance et de qualité. Si vous êtes un petit site avec des pages ou articles pertinents votre contenu va plaire et certains sites mettrons des liens vers votre site car ils répondent à un besoin. Si ces sites sont eux-mêmes pertinents, qu’ils ont une bonne réputation et qu’ils sont bien positionnés sur les moteurs de recherches, ils vous donneront du « jus de lien » en mettant un lien vers votre site. Cela correspond en gros à vous donner de la crédibilité et vous permettra d’augmenter votre PageRank.

Plus un site de qualité à de liens vers votre site, plus votre site aura de « jus » et gagnera de la crédibilité aux yeux de Google.

Certains seraient tentés de faire des partenariats ou d’acheter des liens sur certains sites qui bénéficient d’une bonne réputation, mais cette pratique est déconseillée.

Google sais tout et vois tout, son algorithme nommé « Pingouin » vérifie le netlinking des sites, et s’ils ne paraissent pas naturels ou authentiques il vous infligera une pénalité Penguin, sous forme de chute de positionnement dans son moteur et donc de trafic.

Le référencement n’est pas une science exacte et Google se base sur plus de 200 critères SEO, et les conseils donnés ci-dessus vous permettent de partir sur une bonne base.

Si vous souhaitez allez plus loin dans le référencement, je vous recommande Abondance.